Aller au contenu

Nous connaître

Nous connaître

Les stratégies de recherche visant à mieux diagnostiquer et traiter le cancer ont beaucoup évolué au cours de la dernière décennie. Si la chirurgie et la radiothérapie restent les principaux moyens de guérison, les espoirs de meilleure guérison reposent principalement sur les traitements systémiques. Si les médicaments cytotoxiques restent l’épine dorsale des traitements systémiques et ont déjà permis de faire des progrès importants, leurs avantages restent limités en raison d’un indice thérapeutique étroit, de toxicités importantes et d’une résistance rapidement acquise. En effet, des améliorations majeures ont récemment été apportées grâce au développement de thérapies ciblées. Cependant, au niveau du développement clinique, de nombreux agents prometteurs n’ont pas réussi à démontrer leur bénéfice chez les patients atteints de cancer, souvent en raison d’une compréhension insuffisante des voies de signalisation spécifiques qui entraînent la croissance tumorale d’un cancer spécifique. Bien souvent, cela a conduit à proposer des médicaments sans sélection préalable des patients en fonction du phénotype / de la signature appropriée qui justifie la proposition de thérapie ciblée.

Notre conviction, qui soutient notre unité de recherche, est que la compréhension des voies de signalisation vient en premier lieu et est la condition nécessaire pour améliorer encore le traitement du cancer. Pour rendre cette recherche efficace, nous considérons que la connaissance précise d’une voie doit être comprise dans le contexte spécifique de chaque type de cancer.

En outre, nous considérons que, pour mener une recherche compétitive dans le domaine de l’oncologie, nous devons remplir quatre grandes compétences :

– disposer d’une forte expertise dans les voies de signalisation spécifiques ainsi que des techniques innovantes nécessaires ;

– disposer d’une solide expertise dans un nombre limité de types de tumeurs, avec une connaissance appropriée des voies sous-jacentes qui entraînent spécifiquement la progression du cancer ;

– disposer d’une solide expertise dans le diagnostic pathologique et moléculaire des mêmes types de tumeurs spécifiques, avec la disponibilité de matériel tumoral ;

– disposer d’une solide expertise en matière de recherche clinique, avec des experts cliniques qui sont au moins des leaders nationaux dans le domaine et qui ont la capacité de lancer des essais cliniques au moins au niveau national.

Nous considérons que, dans notre unité de recherche, ces conditions sont remplies dans les groupes suivants :

– Oncogenèse et ciblage thérapeutique de la cellule de sarcome, sous la direction d’Antoine Italiano ;

– Diversité génétique et résistance à la thérapie : Oncogénèse mammaire et leucémique dirigé par François-Xavier Mahon ;

– Impact in vivo du vieillissement et de la leucémie sur les cellules souches hématopoïétiques, sous la direction de Catherine Sawai (ATIP Avenir) ;

– Validation et identification de nouvelles cibles dans le domaine du cancer et du vieillissement, sous la direction de Pierre Soubeyran ;